Julie N. Leal, Alexsander K. Bressan, Neeta Vachharajani, Mithat Gonen, T Peter Kingham, Michael I. D’Angelica, et al.

Time-to-Surgery and Survival Outcomes in Resectable Colorectal Liver Metastases: A Multi-Institutional Evaluation

Journal of American College of Surgeons, 2016. In press.

Etude rétrospective multicentrique nord-américaine incluant 513 patients réséqués de MHCCR, sans traitement néoadjuvant, qui montre la relation entre délai diagnostic-résection et survie globale. Plus ce délai est long, plus la survie globale est courte.

Analyse : A DOUSSOT

Bonney GK, Coldham C, Adam R, Kaiser G, Barroso E, Capussotti L, et al.

Role of Neoadjuvant Chemotherapy in Resectable Synchronous Colorectal Liver Metastasis :

J Surg Oncol. 2015 Apr 9. doi: 10.1002/jso.23899. [Epub ahead of print]

an International Multi-Center Data Analysis Using Liver Met survey.

Etude, issue de la LiverMet Survey, comparant les patients avec métastases hépatiques d’origine colorectale, synchrones (<6 mois), résécables, sans maladie extra-hépatique traitée par chimiotherapie néoadjuvante (NAC) puis résection (n=693) ou par résection sans chimiothérapie néoadjuvante (n=608). Les patients traites avec NAC présentaient significativement plus une maladie hépatique multifocale (58.8% vs. 38.4% ; p<0.001). Dans la cohorte complète (n=1301) ainsi que dans les sous-groupes « métastase unique » (n=612) et « métastases multifocales » (n=689), la chimiothérapie néoadjuvante n’impactait positivement pas la survie globale ou sans récidive.

Au final, ce papier confirme que la chimiothérapie néoadjuvante ne bénéficie visiblement pas aux patients avec métastases résécables synchrones mais plus probablement aux patients a la limite de la résécabilité ou irrésécables d’emblée (voir aussi Chemotherapy before liver resection of colorectal metastases: friend or foe? PMID : 22041509).

Analyse : A Doussot

T. Gruenberger, J. Bridgewater, I. Chau, P. García Alfonso, M. Rivoire, S. Mudan, et al.

Bevacizumab plus mFOLFOX-6 or FOLFOXIRI in patients with initially unresectable liver metastases from colorectal cancer :

Ann Oncol (2015) 26 (4): 702-708 first published online December 23, 2014 doi:10.1093/annonc/mdu580

the OLIVIA multinational randomised phase II trial.

Essai Clinique de phase 2 multicentrique européen comparant l’association mFOLFOX-6 + Bevacizumab (n=39) a FOLFOXIRI + Bevacizumab (n=41) chez des patients avec métastases hépatiques de cancer colorectal non resecables d’emblée, sans maladie extra-hépatique et chimio-naïve. La non resecabilité est toujours un point de débat puisqu’il n’existe pas vraiment de consensus actuel mais dans cette étude, la définition de non resecabilité est plutôt claire et précise. Le critère de jugement principal était le taux de conversion en résection secondaire.

Les taux de résection secondaire et de résection complète (R0) et de réponse tumorale globale étaient plus important dans le groupe FOLFOXIRI + Bev, (61% vs 49%), (49% vs 23%) et (81% vs 62%) respectivement. En conséquence, le régime FOLFOXIRI + Bev était significativement associe avec une survie sans récidive plus longue chez les patients reseques (17.1 vs 8.1 mois ; HR 0.31, 95%CI 0.12-0.75) et une survie sans progression plus longue chez les patients non reseques (18.6 vs 11.5 mois ; HR 0.43, 95%CI 0.26-0.72). En ce qui concerne la chimio toxicité, elle était légèrement plus importante dans le groupe FOLFOXIRI + Bev comme attendue mais restait gérable.

Au total, FOLFOXIRI + Bev offre le taux de réponse tumorale le plus élevé avec chimiothérapie systémique seule et un taux très important de conversion en résection secondaire. En sachant que la résection secondaire de métastases initialement non resecables permet d’atteindre des survies similaires aux patients resecables d’emblée, ce régime mérite clairement d’autres investigations.

Analyse : A. DOUSSOT